Prendre l’objet à bras le corps. Usages de la culture matérielle dans la recherche avec et auprès des enfants

Résumé

À partir de deux recherches, l’une sur les transformations du corps et les passages d’âge entre neuf et treize ans en France et en Italie, et l’autre sur le processus de grandir avec une maladie chronique, cette contribution souhaite montrer la valeur heuristique de la culture matérielle dans la recherche auprès et avec les enfants. Après avoir décrit comment les objets peuvent fonctionner comme des passeurs dans la relation de terrain, nous nous arrêtons sur la manière dont ils permettent d’accéder à des expériences sensibles en contribuant à rendre visibles des techniques du corps et de soi qui, par leur caractère intime ou parce qu’elles sont répétées ou apparemment évidentes, ne sont pas faciles d’accès. Suivre les objets à la trace permet de reconstruire des interactions, des jeux de pouvoir, des transmissions inter- et intra-générationnelles et des socialisations différenciées aux pratiques corporelles. Enfin, faire parler les objets, saisis singulièrement ou en réseau, permet de comprendre les convergences ou les tensions entre des rhétoriques de l’enfance, inscrites dans les qualités sémiologiques des biens marchands, et des usages situés.

mots-clés : corps, culture matérielle, enfants, ethnographie, méthodologie

Abstract

Embracing the object. Uses of material culture in research with children

Based on two research projects, one on bodily transformations and age transitions between nine and thirteen in France and Italy and the other on the process of growing up with a chronic illness, this paper discusses the heuristic value of material culture in research about and among children. After highlighting how objects can act as mediators in the fieldwork relationship, we focus on how they provide access to sensory experiences. Objects make visible techniques of the body and of the self that, because of their intimate nature or because they are repeated or apparently obvious, are not easily approachable by other means. Following objects makes it possible to reconstitute interactions, power relations, inter- and intra-generational transmissions, and different means of socialization to bodily practices. Finally, letting the objects speak, whether singularly or in a series, allows us to grasp the convergences and the tensions between the rhetoric of childhood, inscribed in the semiotic qualities of goods, and their situated uses

keywords  : body, material culture, children, ethnography, methodology

Sommaire

Les rois ne touchent pas aux portes.
Ils ne connaissent pas ce bonheur (…)
Le bonheur d’empoigner au ventre par son nœud de porcelaine l’un de ces hauts obstacles d’une pièce ; ce corps à corps rapide par lequel un instant la marche retenue, l’œil s’ouvre et le corps tout entier s’accommode à son nouvel appartement. (Ponge 2000)

Faire dialoguer dispositifs d’enquête et approches de la culture matérielle

L’intérêt pour la culture matérielle n’est pas récent, il constitue un des fils rouges de l’histoire des sciences sociales. Si l’expression material culture revient à Auguste Henri Lane-Fox Pitt-Rivers (1875), la place des objets dans la vie sociale, les techniques, les modes de leur usage ou encore, l’étude de leur circulation ont été au cœur de la démarche anthropologique [1]. Néanmoins, l’importance de la matière dans le travail ethnographique a longtemps constitué un allant de soi, comme si le caractère apparemment banal, immobile et silencieux du monde des choses avait déteint sur la visibilité des pratiques scientifiques. Le tournant matériel des années 1980 et 1990 a contribué à arracher les objets à leur évidence, à diversifier les approches à travers lesquelles ils ont été étudiés et à questionner leur place et leur fonction dans la vie sociale, à travers par exemple des travaux sur la mise en objet dans les pratiques de consommation (Miller 1987), sur les usages et les réappropriations (de Certeau 1980 ; Segalen et Bromberger 1996), sur la reformulation des frontières entre humain et non-humain (Latour 1991), sur la subjectivation par les cultures matérielles (Warnier 1999), ou sur la biographie d’objets et l’alternance entre familiarisation et marchandisation (Kopytoff 1986) [2].

Les objets ont également participé à rendre compte de la spécificité et des contours de l’enfance en tant que groupe d’âge (Ariès 1960 ; Manson 1983 ; Sofaer Derevenski 2000 ; Glevarec 2010 ; Manson et Renonciat 2012), que ce soit par l’émergence d’une consommation propre aux enfants (Brougère 1992 ; Chin 2001 ; Zelizer 2002 ; Cook 2004 ; Diasio 2004 ; Martens et al. 2004), qui s’adresse à eux à travers des techniques de captation particulières (De Iulio 2010 ; Brougère 2012), ou en creux, par l’observation du dépouillement du cadre matériel de certaines vies enfantines (Rabain 1979). En s’inspirant de l’approche latourienne, d’autres recherches ont plutôt mis en avant le concept d’hybridité (Prout 2000 ; Lee 2001 ; Turmel 2008), à savoir l’indissociabilité du corps de l’enfant de l’ensemble d’objets, de technologies, de textes, de représentations visuelles qui le construisent et qui fournissent des dispositions à l’action.

Toutefois, à part quelques exceptions notables (Place 2000 ; Garnier 2012 ; Brougère et Dauphragne 2017), moins de réflexions ont porté sur la matérialité dans les dispositifs d’enquête. L’objectif de cette contribution est de prendre au sérieux la place des objets dans l’ethnographie avec et auprès des enfants. Nous souhaitons ici en montrer l’intérêt, notamment quand il s’agit d’accéder aux territoires de l’intimité, à l’expérience d’un corps en transformation, malade, ou lorsque les différences statutaires et d’âge entre chercheur et enfants demandent des dispositifs de recherche moins asymétriques.

Cette dimension méthodologique n’est pas séparable d’une posture épistémologique, à savoir l’idée que sujets et objets se constituent réciproquement par un dialogue intense du corps et des choses, ce « plaisir de la porte » décrit brillamment par Francis Ponge cité en épigraphe. Il s’agit, sur le terrain, de prêter attention aux ressources matérielles dont disposent les enfants et qu’ils contribuent à créer, à leurs qualités formelles, aux engagements corporels qu’elles suscitent et aux prises qu’elles fournissent à l’action.

Prendre l’objet à bras le corps signifie également faire dialoguer des approches différentes de la culture matérielle (Warnier 1999 : 113 sq.) : celle qui fait des objets des emblèmes de distinction, celle qui analyse la consommation comme un espace de production de sens et de catégories culturelles, et celle, enfin, qui étudie la mise en objet des sujets. Ces trois approches pensées comme exclusives sont à notre avis complémentaires. Les biens de consommation, et plus largement le monde des objets, constituent concomitamment « une fabrique de l’enfance et des enfants » (Diasio 2010 : 52), une manière pour la société [3] de signifier des appartenances d’âge et ce par quoi les enfants se construisent en tant que sujets singuliers, car « les objets font et utilisent aussi ceux qui les font et qui les utilisent » (Csikszentmihalyi et Rochberg-Halton 1981).

Ce plaidoyer de l’objet se base sur deux recherches. La première, ici désignée par l’acronyme CorAge, a porté sur les transformations du corps et les passages d’âge auprès de 69 enfants de neuf à treize ans et leurs familles vivant en Alsace, en Lorraine (France) et en Vénétie (Italie) [4]. Cet article porte uniquement sur l’ethnographie menée auprès des enfants et de leur entourage (parents, fratrie, membres de la parenté élargie) [5]. Des 69 familles, 15 ont été accompagnées pendant deux ou trois ans pour bénéficier d’un temps plus long et d’un suivi plus approfondi. Des entretiens collectifs ont également été menés à la fin de la recherche dans le cadre de restitutions auprès des enfants, des parents, des professionnels de l’éducation et de la santé. La deuxième recherche, qui viendra de manière ponctuelle renforcer nos propos, relève d’un programme en cours, financé par l’Institut Universitaire de France, « Grandir avec une maladie chronique ou une anomalie chromosomique ». Menée en France, cette recherche est complétée par le travail de doctorat de Lydie Bichet (2021), conduit sous ma direction, qui porte sur les configurations des relations de soin des enfants atteints de diabète de type 1.

Les recherches ici mobilisées sont collectives, les terrains ont été menés conjointement et les données discutées en groupe ; l’entrée par la culture matérielle est l’aboutissement d’échanges et de réflexions qui auraient été impossibles sans le concours des collègues. La dimension chorale de la recherche est fondamentale, non seulement dans la collecte des données, mais également dans leur interprétation, dans le partage des difficultés et dans l’enthousiasme des trouvailles. Elle protège le chercheur de la surinterprétation, lui fournit une communauté de discussion face aux situations sensibles et lui permet de se décentrer quand l’affectif ou le vécu personnel peuvent influencer le rapport au terrain (Gaskell 2008). Dans la présentation des résultats, l’écriture flottera donc entre ce « nous » collectif et le « je » des observations et des entretiens menés à la première personne [6].

Dans un premier temps, nous analyserons le rôle des objets dans le dispositif d’enquête mis en place sur les deux terrains. Nous indiquerons ensuite comment, par la culture matérielle, il est possible d’accéder à une description et à une objectivation du corps, de ses techniques et de ses remous, notamment dans des moments d’instabilité particulière. La circulation et les itinéraires d’objets nous permettront d’accéder au réseau des actions et des interactions. Enfin, nous montrerons comment observer les biens marchands et leurs appropriations permet de rendre visible la tension entre une consommation qui s’adresse à une catégorie d’âge, et de ce fait participe à la construire, et des usages performatifs et contextuels qui « font » des enfants singuliers.

Des objets passeurs dans la relation de terrain 

La recherche CorAge nous a confrontés à l’étude de changements corporels difficiles à mettre en paroles : premières règles, pousse des poils, poitrine, mue de la voix, odeurs, appareil génital relèvent d’une intimité qui se dérobe aux regards des chercheurs. Une nouvelle pudeur émerge dans ce rapport au corps : les parents et les professionnels en font état (Vinel 2015). Les enfants aussi : sur le terrain français ou italien, ils évoquent le besoin de fermer à clé la salle de bain ou la chambre, de ne pas se montrer déshabillés ou d’éviter les sujets trop intimes. Les moqueries, qui peuvent fuser en famille ou à l’école sur le premier duvet ou les tentatives de maquillages, ne sont pas toujours bien acceptées. Aussi, le corps, omniprésent dans les interactions enfantines, se soustrait aux grilles formalisées et aux entretiens trop directifs.

Cette esquive n’est pas uniquement liée à un objet d’étude sensible. Elle relève aussi d’une relation asymétrique avec l’anthropologue, marquée par une différence d’âge, de pouvoir, de position statutaire, de genre parfois. Prenons le cas de Jeanne, onze ans, vivant dans la ceinture urbaine d’une ville moyenne d’Alsace. Quand, après plusieurs visites et temps d’échange, je lui pose la question, intentionnellement large, « Est-ce que tu trouves que ton corps a changé ces derniers temps ? », elle fait suivre un long silence et le refus de continuer l’enquête. D’autres enfants ont aussi répondu par le silence, en tournant le dos ou, pour l’une d’entre elles, par des pleurs. Dans ces cas, conformément aux règles et à la charte éthique que nous nous étions données, les chercheurs ont rassuré l’enfant, se sont arrêtés ; ils sont passés à un sujet moins sensible ou ont carrément décidé d’arrêter l’enquête [7]. Ces gênes se sont révélées indépendantes du degré de familiarité avec les enfants.

Pour respecter ce silence légitime et pallier la difficulté de prendre en compte la matérialité de la chair, nous avons choisi d’approcher le corps par la culture matérielle. En nous inscrivant dans la lignée des travaux de Leroi-Gourhan (1964), nous avons envisagé les objets comme un prolongement du corps et de ses facultés, tout autant que comme le support d’actions sur soi et sur le monde environnant (Julien et Rosselin 2009). Disposant « d’une vertu de permanence qui construit le concret et contrôle les errements de soi : les choses jouent le rôle de garde-fou de soi » (Kaufmann 1997 : 46). Banales et rassurantes, elles permettent ainsi d’accéder à la personne par le biais de ses extensions matérielles et elles constituent « le cadre actif et rapproché qui porte son action » (Kaufmann 1997 : 41). Aussi, les objets constituent autant un point d’accès pour le chercheur, qu’une enveloppe matérielle protégeant les enfants d’une intrusion trop directe d’un adulte dans leur intimité.

Nous avons ainsi construit un dispositif de recherche qui permette à l’enfant de parler de soi à travers le rapport aux objets et à l’espace. Lors de la première rencontre, le jeune interlocuteur est invité à nous introduire à sa vie quotidienne à travers une visite guidée de son lieu d’habitation, en commentant les moments, les espaces, les activités et le lien avec les habitants ou les proches qui fréquentent le foyer. Les enfants sont invités à prendre en photo, par des appareils jetables ou par le portable, des objets ou des lieux significatifs. Ces images recueillies à la suite d’une consigne intentionnellement large constituent le support à partir duquel construire des entretiens successifs (Collier 1967 ; Walker 1993 ; Conord 2007).

Cette démarche nous a permis d’entrer en douceur dans l’espace domestique et de donner un rôle actif à l’enfant qui se place en position de médiateur et d’instructeur : c’est lui qui décide ce qui est « montrable » ou pas. La disposition des corps, du chercheur et de l’interlocuteur permet également d’éviter la gêne d’une confrontation directe [8] : ils ne sont pas face à face, mais ils cheminent ensemble ou, le plus souvent, l’enfant précède l’anthropologue qui est ainsi placé dans une position de dépendance ou de suiveur. Des portes subitement refermées, des lieux entrevus en passant, des explications évasives permettent aux enfants de jouer sur le montré-aperçu-caché et de garder le cap de la relation de terrain.

La visite guidée du lieu d’habitation constitue également un moment de négociation de la place du chercheur dans sa relation avec les parents. Ces derniers adoptent des attitudes très différentes face à la demande de s’entretenir avec les enfants. Il y en a qui s’éclipsent, parfois en fermant la chambre où a lieu l’entretien. D’autres répètent « je vous laisse tranquilles » et continuent à passer devant la porte entrouverte, en s’affairant à des activités domestiques. D’autres encore partent et nous laissent seuls avec l’enfant en profitant d’une présence adulte pour faire des courses ou d’autres activités. Certains enfin demandent à être présents lors de l’entretien avec le jeune ou s’arrêtent par intermittence à ses côtés au moment où il ou elle parle. La visite guidée du chez-soi implique un acte de confiance supplémentaire. Elle donne accès à ces « petites choses du désordre domestique qui ont leur place dans l’habiter, aux seuils et aux limites, de même qu’aux contraintes auxquelles est soumis l’habitant » (Filiod 2003 : 164) : une présentation de soi susceptible d’engendrer des jugements et d’engager la face de la famille, notamment de la mère.

Chloé a douze ans, elle vit dans les Vosges dans une maison individuelle avec son père, ouvrier au chômage, sa mère en formation d’infirmière, son petit frère de neuf ans. À ma demande de visiter le foyer, un espace extrêmement propre et où rien ne traîne, la mère est réticente et cette résistance n’étonne pas la fille qui affirme : « elle a horreur du désordre, elle veut que tout soit toujours tip top ». Quand nous arrivons à la chambre des parents, Chloé ouvre la porte et ne passe pas le seuil, en affirmant : « là, on ne rentre pas ». Consciente de l’appréhension maternelle et une fois effectué un premier tour assez rapide, Chloé décide de m’emmener dehors pour me faire faire le tour du village et désigner les lieux de rencontre avec ses copines. Finalement, elle me conduit chez sa grand-mère paternelle et son « papi recomposé », là où elle déjeune tous les midis. Après la cuisine, elle me montre la chambre à coucher des grands-parents et, sur la commode, ces parfums de femme qu’elle s’amuse à tester quand elle s’ennuie ou avant de rentrer en classe. Cette incursion nous permettra de discuter des différences entre fragrances de femme et de fille et de comment, avec l’âge, l’odeur et son traitement se modifient.

La présentation de l’environnement matériel est au cœur de l’autre recherche auprès des enfants atteints de diabète de type 1. Lors des premiers contacts avec les jeunes interlocuteurs, nous nous sommes rendus compte qu’il est très difficile pour eux d’expliquer ce que le diabète « est ». Il s’agit là d’une autre dimension sensible où se conjuguent la difficulté des enfants à décrire la maladie et leur volonté de se soustraire à l’éventuelle tentation du chercheur de les assigner à une condition pathologique qui les placerait « hors de l’enfance » et de la « normalité » [9]. En revanche, ils expriment bien ce que le diabète « fait » et racontent leur expérience de la maladie en décrivant de manière minutieuse les traitements, les lieux où les dispositifs sont rangés et les gestes qu’ils doivent effectuer pour se soigner [10]. Au début de l’entretien conduit par Lydie Bichet (2021), Oscar et Florentin, deux jumeaux de huit ans, atteints pareillement par cette affection, la conduisent d’une pièce à l’autre. Dans l’une d’entre elles, les enfants en chœur détaillent les instruments pour les soins :

Oscar et Florentin : Tout est là. (Ils ouvrent les tiroirs du meuble)
Chercheure : Alors c’est quoi tout ça ?
Oscar et Florentin : Ça, c’est les pochettes.
Chercheure : Il y a quoi dedans ?
Oscar : Il y a les aiguilles pour changer là, et là.
Florentin : Mais j’en ai plein dans l’armoire là-bas !
Oscar : Et là, les aiguilles qu’on utilise, là, c’est les languettes qu’on met là, comme ça. Florentin (en posant la languette sur l’appareil). Et ça, c’est …
Oscar et Florentin : Pour faire l’acétone.

Tout ce matériel n’a pas le seul effet de délier les langues. Aborder le terrain par les objets et les actions qu’ils suscitent permet de ne pas figer ce que l’enfant « est », mais d’appréhender son expérience plutôt par ce qu’il « fait ». Ce double déplacement de focus – du fonctionnement de la maladie à ses conséquences et de l’enfant « malade » à la personne qui opère une action sur soi pour se soigner – permet d’esquiver, sur le terrain, des formes de stigmatisation ou d’essentialisation, alors même que les jeunes interlocuteurs insistent sur le fait d’être « comme les autres ».

La visite guidée et la description de la dimension matérielle de l’existence constituent, pour les enfants, le support de tactiques pour se frayer un rôle actif dans la relation d’enquête, à savoir des actions élaborées à partir des conduites de l’autre, tout un « art du faible » (de Certeau 1980 : 61) qui opère plutôt par la praxis, par les détours, « les tactiques misent sur une habile utilisation du temps, des occasions (…) et aussi des jeux introduits dans les fondations d’un pouvoir » (de Certeau 1980 : 63). Cette négociation de places, qui affecte autant l’anthropologue que son interlocuteur, s’inscrit dans une vision du pouvoir comme ce « quelque chose qui circule » (Foucault 1982) et qui se manifeste de manière diffuse, polymorphe entre enfants et entre enfants et chercheurs au fil de leurs interactions (Gallagher 2008). [11]

Culture matérielle et techniques de soi

Les lieux de vie sont peuplés par une foultitude d’objets donnant accès à des pratiques corporelles difficiles à formuler. Le passage par la salle de bain, dans la recherche CorAge, nous a mis face à de multiples produits destinés à la toilette, à l’esthétique ou aux soins : shampoing, gel douche, déodorant, parfum, crèmes pour le visage et le corps, maquillage ou instruments de rasage, brosses et peignes, médicaments [12]. Ces choses ne permettent pas uniquement d’entrer en douceur sur le terrain, elles délient la parole et permettent d’entamer, hors d’un cadre formel, des discussions sur les usages. Ainsi lors de la visite guidée de son chez-soi, Irene, une jeune fille de treize ans habitant dans une petite ville de la province de Venise [13], m’introduit dans la salle de bain, elle montre sa trousse de toilette, le lieu où elle range des serviettes hygiéniques, ainsi que les médicaments auxquels elle a accès sans avoir à demander la permission de ses parents : des produits contre l’acné, de l’antidouleur contre les crampes menstruelles, des gouttes nasales contre le rhume. Elle ouvre également la pharmacie familiale, dont les produits peuvent être utilisés uniquement après avoir eu l’autorisation parentale.

Photo 1. Chez Irene, 13 ans, Vénétie, pharmacie familiale dans la salle de bain
Source : Recherche CorAge, cliché de Nicoletta Diasio
Photo 2. Chez Irene, 13 ans, Vénétie, crèmes pour le visage dans la salle de bain
Source : Recherche CorAge, cliché de Nicoletta Diasio

Cet inventaire argumenté permet d’avoir accès à un certain nombre d’informations (être réglée ou pas, petits soucis de santé) qu’il aurait été gênant de solliciter dans l’entretien. Le rangement des produits pharmaceutiques donne à voir les catégorisations familiales qui ont trait au corps et à la maladie ; leur accessibilité permet d’explorer l’apprentissage progressif de gestes de soin pour des affections plus ou moins bénignes ; leur disposition – sur une étagère à la cuisine, dans la pharmacie familiale ou sur la table de nuit – donne lieu à des questions sur les actions routinières, mais aussi sur des sujets difficiles à verbaliser.

Passer par l’objet pour reproduire les gestes

L’entrée par les objets et par l’espace habité déplace ainsi l’attention de la chercheure des représentations aux activités des interlocuteurs (Becker 2002) : leur description permet de recueillir un matériau dense autant sur des microactions répétées au jour le jour (coiffage, habillage, toilette, soins), que sur des expériences corporelles faisant événement, comme les maladies ou les premières menstrues. Ces différents types d’activités supportées par la culture matérielle donnent à voir des « techniques du corps » (Mauss 1993), étayées sur « des techniques d’objet » (Julien et Warnier 1999) et plus largement, des technologies du sujet, « qui permettent aux individus d’effectuer par leurs propres moyens ou grâce à l’aide des autres un certain nombre d’opérations sur leur corps et leurs âmes, pensées, conduites et manières d’être afin de se transformer » (Foucault 1988 : 18). Ces techniques de soi sont apprises, transmises ou réélaborées au fil du temps.

L’objet permet de reproduire des gestes enfouis dans l’évidence du quotidien ou d’évoquer les difficultés qu’on rencontre quand on cherche à en acquérir la maîtrise, comme ces serviettes hygiéniques portées pour les premières fois qui imposent une nouvelle manière de marcher et des formes de vigilance pour qu’elles ne laissent pas le sang couler et ne transparaissent pas sous les habits [14]. Ce travail d’objectivation est d’autant plus flagrant pour des actions, des registres sensoriels ou des émotions qui ne font pas l’objet d’apprentissages formels, mais qui s’enchaînent dans le fondu des actes quotidiens. L’acquisition de ce savoir procède par tâtonnements et par des formes de mimesis silencieuses dans de nombreuses situations que nous avons étudiées. Par exemple, la pratique du rasage ne fait que rarement l’objet d’apprentissages directs et explicites, de nombreux garçons disent « savoir » parce qu’ils ont vu leur père se raser et ce silence, contourné par le regard, est particulièrement présent parmi nos jeunes interlocuteurs masculins, qui déclarent avoir peu d’échanges verbaux sur leur corps, autant en famille, qu’à l’extérieur. La culture matérielle permet alors de reproduire l’action et d’apprendre une sensation : comme le geste mimé par un garçon de onze ans lors d’un entretien collectif en Lorraine, qui raconte comment il met du parfum, non pas pour le plaisir de l’odeur, mais pour le désir de se tapoter les joues comme le fait son père après s’être rasé. Par ces techniques d’objet et du corps, il est possible d’explorer l’action de la matière sur le sujet et la manière dont la mise en objet (Miller 1987) produit différentes identifications (Warnier 1999 ; Mohan et Douny 2020).

Une objectivation du corps qui échappe

Même s’il est incorporé par des conduites sensori-motrices, l’objet n’est pas le corps, ce corps dont il est si difficile de décrire les remous, les sensations, les activités, surtout à un moment où il est caractérisé par une grande instabilité. Par sa présence/absence, par sa capacité d’être “soi” quand elle est incorporée et “autre que soi” quand elle retourne au monde des choses inertes, la culture matérielle permet un travail de mise à distance de soi. Par ce double mouvement, d’incorporation au schéma corporel et de séparation, elle permet « le processus d’institution d’un corps » (Plessner 2000 : 71), fruit d’un équilibre hasardeux d’expérience sensible et d’extériorité [15]. Cette dynamique est particulièrement fructueuse quand le corps devient un banc d’essai et quand, en apprenant de nouvelles techniques corporelles, le sujet mesure, évalue et intériorise ce qu’il peut faire de soi et sur soi.

Les observations sur l’apprentissage de gestes de soin de la part des enfants atteints de diabète de type 1 montrent comment la manipulation des instruments techniques s’accompagne « d’une reconnaissance progressive de détails fins du corps jusqu’alors inaperçus, insignifiants : palper la peau pour repérer l’endroit où elle est suffisamment épaisse, faire le pli, pincer, éviter le muscle, relever les boules et les irrégularités de la chair, apposer l’objet, trouver le bon angle, déclencher le dispositif au bon moment » (Vinel, Diasio et Bichet 2021 : 92). Par des tentatives répétées sur les peluches ou d’autres supports, ces actions sur des objets permettent aux jeunes malades de se faire la main et d’aiguiser les sensations, d’intensifier le regard, le toucher, la sensation, voire l’ouïe (Bichet 2020).

Pareillement, le cadre matériel permet d’objectiver cette mesure qualitative du grandir si difficile à exprimer. Si le corps des enfants fait depuis deux siècles l’objet récurrent de mesures savantes, telles les courbes de croissance dans les carnets de santé, l’appréhension sensible et subjective de ses changements se prévaut de la comparaison avec les pairs et avec les objets [16]. Les battants des portes et autres toises domestiques permettent de mesurer la taille (Tersigni 2015) ; des vêtements tout d’un coup se révèlent trop ajustés ; des petits passages entre les meubles ou sous le lit se font impraticables ; des miroirs ou des étagères deviennent enfin accessibles. Quand le couplage corps/objet se modifie, les accrocs ou les avantages qui en dérivent suscitent la réflexivité des enfants. Cette objectivation, au sens propre du terme, porteuse de distance critique et de retours d’expérience est ce à quoi une méthodologie centrée sur la culture matérielle permet d’accéder.

Suivre les objets : itinéraires et circulations

Si la désignation des objets et la description de leur usage nous introduisent aux changements du corps et aux technologies du sujet, l’étude de leur circulation (Desjeux 2006) et de leur « vie sociale » (Appadurai 1986) permet de reconstituer des réseaux de relations, les arbitrages, les jeux de pouvoir et de négociations qui ont lieu à l’échelle familiale.

Observer des trajectoires pour appréhender les transmissions

Suivre les choses, sur le modèle du « follow the » indiqué par Marcus (1995) comme une démarche méthodologique propre à l’anthropologie multi-site, situe ces interactions dans la diversité des contextes familiaux et sociaux. De nombreux produits sont partagés entre les membres de la famille, ce qui permet à l’anthropologue d’accéder à des processus de transmission intra et intergénérationnelle. Comme le montre Virginie Vinel (2016), les gels de types différents (plus fixant, moins fixant, colorés) circulent entre frères, entre père et fils, ou beau-père et beau-fils, en impliquant plusieurs membres de la parenté dans l’apprentissage de techniques de coiffage qui inscrivent dans un âge, un genre et une classe sociale. C’est le cas d’Ewen qui possède deux techniques de coiffure, l’une héritée de son frère aîné, qu’il considère comme plus faciles à réaliser quotidiennement, l’autre de son père, demandant une certaine maîtrise dans la distribution du gel [17]. Ces objets, qui peuvent donner lieu à l’apprentissage de techniques du corps genrées (par exemple dans le cas de l’épilation), peuvent voyager le long de lignées féminines, masculines ou des deux, en suscitant des identifications plurielles, comme le montre cet extrait du journal de terrain d’Estelle Reinert :

Florian n’a pas de produit juste à lui à part sa brosse à dents. Il partage cependant un produit contre les boutons, une crème hydratante et un savon avec sa mère (car ils ont « tous les deux des problèmes de peau et ne peuvent pas utiliser les gels douche »). Jeff [son frère cadet] voudrait utiliser le produit contre les boutons, mais il n’en a pas le droit. Par contre, Jeff utilise du déodorant, car selon Florian « il sent beaucoup et fort sous les bras ». Pour autant le déodorant est à tout le monde, ce qui veut dire qu’il peut lui aussi en mettre s’il en a envie. Le père lui a un déodorant rien qu’à lui que les enfants n’ont pas le droit d’utiliser. Il est même placé en hauteur pour éviter que les enfants s’en servent [18].

Des objets qui circulent, des regards et des gestes échangés, des incitations à faire ou à éviter : une trame dense d’agissements réciproques (Simmel 1981) façonne au jour le jour le corps des enfants et des adultes. Les pratiques, tout comme les décisions d’usage ou d’achat ne constituent pas le fait d’un moment ou d’une seule personne, mais « un processus dans le temps, qui est la résultante d’interactions entre plusieurs acteurs familiaux, associé aux différentes pièces du logement et au système des objets qui s’y trouvent. Surtout, l’anthropologie considère que l’espace domestique est traversé par des jeux d’acteurs et que ces acteurs sont sous contrainte matérielle, sociale ou symbolique » (Desjeux 2019 : 281-282).

Une circulation entre espaces et cercles sociaux

La manière dont les objets voyagent d’un espace à l’autre est tout aussi significative. Les photographies prises sur le terrain montrent, chez les filles, la diffusion de trousses qui contiennent, en grand nombre, des articles de maquillage, des échantillons, de petits flacons de parfum. Sur le bureau de Sophie il y en a quatre, dont une tricotée par elle-même [19].

Photo 3. Trousses sur le bureau dans la chambre de Sophie, 13 ans, Alsace
Source : Recherche CorAge, cliché de Nicoletta Diasio
Photo 4. Sophie, 13 ans, Alsace, choisit la trousse à prendre avant de sortir
Source : Recherche CorAge, cliché de Nicoletta Diasio

En effet, si les premières tentatives de maquillage sont souvent limitées à peu d’options (gloss, mascara, vernis à ongles), initiées à l’occasion de rencontres familiales sous la surveillance ou par incitation des membres féminins de la parenté (mères et grands-mères en particulier, mais aussi sœurs aînées, tantes, cousines, marraines), d’autres expérimentations ont lieu à l’abri des regards parentaux, dans sa chambre, chez une copine ou à l’école. Les produits voyagent alors de la salle de bain – espace partagé avec les membres de la famille – à la chambre, du sac à l’école, du chez-soi à l’habitation des amies.

Photo 5. La trousse de Anna, 12 ans, Vénétie
Source : Recherche CorAge, cliché d’Alessandra Borin
Photo 6. La trousse de Rossella, 13 ans, Vénétie
Source : Recherche CorAge, cliché d’Alessandra Borin

Les trousses matérialisent ces socialisations différenciées aux pratiques corporelles. Elles reflètent aussi l’importance de la mobilité, des objets qu’on peut facilement déplacer ou partager, d’un corps de plus en plus mis en scène dans l’espace public [20]. Ces déplacements permettent aux plus jeunes de se frayer des « coins » (Chitakunye et MacLaran 2008) où résister aux hiérarchies propres aux espaces institutionnalisés et organisés par les adultes (Matthews et al. 2000).

Explorations et expérimentations ne signifient pas pour autant un desserrement du contrôle familial ou l’acquisition de territoires personnels marquant une relative autonomie entre les âges. Revenons au cas d’Irene. Dans mon journal de terrain du 3 mars 2011, une annotation révèle non seulement le clivage entre discours et pratiques, mais également un réseau dense d’interrelations entre objets et espaces, entre individus, entre humains et animaux :

Maison très soignée, matériaux nobles (marbre, bois exotiques) malgré un revenu modeste : économies dans d’autres domaines, ex. température du salon à 16 degrés alors que dehors il neige. Séparation formelle entre la salle de bain utilisée par Irene (avec douche) et celle des parents (pour éviter qu’elle laisse ses cheveux dans la baignoire). Dans les pratiques toutefois, la salle de bain du rez-de-chaussée est partagée par la fille et ses parents et celle au premier étage, utilisée quand il y a des invités, dont les copines d’Irene. Dans sa trousse de toilette personnelle, Irene range les élastiques pour la crinière du cheval. Elle pratique l’équitation depuis l’âge de cinq ans. Même partage par rapport aux objets personnels : dans la chambre d’Irene le père range ses affaires de sport et ses survêtements, dans la chambre des parents Irene range ses sacs. Il y a un va-et-vient constant entre ces pièces.

Le rangement des affaires d’Irene, de sa mère et de son père ne reproduit pas des séparations strictes liées à l’âge, au genre et à la position générationnelle. Les incursions répétées dans les espaces et les moments de vie des uns et des autres peuvent susciter des conflits, des accords ou des négociations, par exemple autour des portes fermées ou ouvertes.

Le partage des lieux, des choses et des activités peut être lié à des dimensions affectives, socio-économiques ou professionnelles. Et si les objets voyagent d’un territoire à l’autre, les personnes font de même, comme ce père de Vénétie, surveillant nocturne qui, quand sa fille de douze ans part à l’école le matin, se couche dans son lit dans la chambre la plus tranquille de l’appartement. Cette occupation en alternance en dit long sur la polysémie de concepts culturellement construits comme ceux d’"autonomie" et d’"intimité". Comme « dans la tradition de l’anthropologie de la culture matérielle, ce n’est donc ni seulement le lieu, l’objet ou l’action qui nous intéressent, mais l’efficacité de l’action avec des objets sur le lieu (…) et les conséquences de ces actions sur les sujets eux-mêmes » (Julien 2017 : 88).

Faire parler les objets : rhétoriques de l’enfance et usages situés 

La culture matérielle permet enfin d’explorer les agencements entre les codes, les signes, les qualités de l’enfance telle qu’elle est définie et mise en scène par la consommation marchande et les appropriations singulières, physiques et en situation par les enfants. Cette tension entre langage et usage n’affecte pas que les jeunes. Mais la consommation est devenue à l’enfance ce « contexte nécessaire et indispensable – même si pas suffisant en soi – dans lequel la personne, ou le soi, se construit, car le marché produit la grande partie du monde matériel avec lequel l’enfant entre en contact (…) C’est par la consommation et sa mise en scène – en interaction avec le monde matériel – que la personne et son agency tendent à se cristalliser » (Cook 2005 : 145).

Appréhender les tensions entre des objets qui classent et des pratiques qui singularisent

Les biens de consommation véhiculent une idéologie aussi puissante qu’évidente sur ce qu’est un enfant par rapport à un adulte, un enfant de tel ou tel âge ou de tel ou tel sexe. La forme et les couleurs adoptées, les emballages, le langage, la police des caractères, les codes publicitaires, les éléments ludiques ajoutés aux produits contribuent à fixer les contours d’une culture enfantine de masse [21]. Ces rhétoriques et ces répertoires de signes semblent entériner l’idée qu’« être un enfant c’est consommer des produits pour enfants » et que « les constructions discursives de l’enfance – conçue en tant qu’étape d’un processus de développement caractérisé par des désirs et des besoins naturels – et le marché (un mécanisme naturel à travers lequel ces besoins sont pris en compte et les désirs réalisés) se croisent pour rendre ce principe universel » (Langer 2005 : 267).

Mais ce processus de naturalisation de l’enfance, d’essentialisation des objets et de standardisation des pratiques se heurte, sur notre terrain, au travail de composition complexe entre ce qui est désigné comme étant propre à l’âge et au genre et les usages des actrices et des acteurs. Suivant de Certeau (1980 : XXXVII), « à une production rationalisée, expansionniste autant que centralisée, bruyante et spectaculaire, correspond une autre production, qualifiée de « consommation » : celle-ci est rusée, elle est dispersée (…) et ne se signale pas avec des produits propres, mais en manières d’employer les produits imposés par un ordre économique dominant » (souligné par l’auteur). Ces objets qui médiatisent la transition d’âge – déodorant, brassières ou soutien-gorge, chaussures, sacs, maquillage – donnent lieu à des négociations et à des arbitrages multiples entre pairs et avec les adultes au sujet de leur usage en situation. Ainsi, malgré les polémiques ayant cours au moment de la recherche sur la soi-disant hypersexualisation des filles, nous n’avons pas rencontré de « Lolita lisant des mangas dans des t-shirt Hello Kitty » (Nouhet-Roseman 2006), mais plutôt des jeunes craignant un jugement moral venant des adultes comme des autres enfants et attentives à la fois à la mode, à leurs désirs, au regard des autres et aux limites à adopter sur les décolletés « convenables », les couleurs « non vulgaires », les shorts ou les t-shirts à la longueur « raisonnable » [22]. Les garçons ne sont pas exclus non plus par ce travail de composition de normes, même si les craintes ne sont pas les mêmes et elles affectent souvent la question de l’orientation sexuelle et la peur de faire « trop gamin ». D’autres facteurs interviennent comme la disponibilité économique, qui peut amener à acheter des vêtements trop grands parce qu’on est en croissance (et à se les approprier dans un « style rappeur » comme le fait Ewen), à adopter ceux délaissés par des enfants plus âgés de la fratrie, de la parenté ou des amis (Julien 2014) ou à utiliser des habits différents selon qu’on se promène dans le village, perçu comme une extension de l’espace domestique, ou à l’extérieur [23]. La prise en compte de tous ces facteurs n’est pas aisée et peut se solder par des impairs rapidement sanctionnés par les autres enfants.

Si pour Mary Douglas et Byron Isherwood, le flux des biens de consommation matérialise et donne forme, « comme les îles coralliennes » (1979 : 75), à « des processus fluides de classification des personnes et des événements » (Douglas et Isherwood 1979 : 91), c’est justement à cette fluidité que nos jeunes interlocuteurs sont confrontés : les objets servent alors de balises, quitte à devenir des pièges quand on y fait recours de manière socialement inappropriée. Comme les adultes, tous les enfants ne se reconnaissent pas dans les attentes portées par les objets (Eco in Bromberger 1979) ou dans les rôles pensés pour eux. Ils peuvent résister aux sollicitations venant des parents, de la fratrie ou des pairs qui incitent à adopter tel ou tel produit pour être dans leur « âge ». Lisa, dix ans, raconte avec humour les encouragements venant de sa mère ou de sa sœur aînée pour modifier ses pratiques corporelles :

On était à Yves Rocher ! Au Yves Rocher et il y avait des petits vernis. Et maman elle me saoulait, elle me disait tu veux un petit rouge à lèvres Lisa ? Un petit vernis ? Ou alors tu vas peut-être prendre des petites boules, ou des petits trucs effervescents ? Elle me saoulait et au bout d’un moment j’ai dit bon un vernis. (Rires) [24]

Ou, au contraire, les objets connotés « enfance » peuvent être une ressource pour s’extraire d’assignations pesantes, comme celle de « malade ». C’est le cas de Ahmed, onze ans, qui s’enthousiasme face à la possibilité, découverte lors d’une séance d’éducation thérapeutique, qu’il peut personnaliser le capteur de glycémie posé sur son bras par des stickers "adaptés à son âge".

Agencements : des objets et des qualités à analyser conjointement

Le jeu entre des objets permettant de classer et d’être classés et des emplois subjectifs et contextuels donne lieu à de multiples « agencements » avec tout ce que ce concept implique en termes de mobilité, d’interférences, de causalités non nécessaires, de logiques différentes et pourtant co-existantes : « Un agencement est une multiplicité qui comporte beaucoup de termes hétérogènes et qui établit des liaisons entre eux, à travers des âges, des sexes, des règnes et des natures différentes. Ainsi, la seule unité de l’agencement, c’est le co-fonctionnement » (Deleuze et Parnet 1996 : 84). La complexité de ces agencements, avec leurs strates, leurs temporalités, les logiques affinitaires ou familiales, les effets de classe sociale, de genre, d’âge, de contraintes matérielles sont bien explicités dans l’étude de la chambre d’enfant par Vincent Berry (2017) et par Nathalie Roucous et Antoine Dauphragne (2017). Deux indications méthodologiques nous semblent alors ressortir de cette complexité.

La première est de ne pas observer un produit isolément, mais de le saisir dans « l’ensemble des objets et des affinités qui les lient » (Chevalier 1996 : 123). La notion de « résonance » introduite par cette auteure permet de penser aux réseaux d’objets [25] et à la manière dont ils fonctionnement ensemble dans les différentes prises, circulations et les usages que nous avons évoqués. Ainsi, les photos de produits de toilette, analysés par l’équipe CorAge, montrent que si certains d’entre eux sont caractérisés par une « adresse enfantine » (Brougère 2012) ou adolescente, ceux partagés avec des membres du foyer ou utilisés quotidiennement ne le sont pas. Chez Sophia (treize ans), Carlotta (onze ans) ou Lola (neuf ans) les gels, shampoings, savons et le talc placés dans la salle de bain ne présentent pas la même esthétique des produits de soin ou de maquillage exposés dans la chambre de l’enfant.

Photo 7. Produits que Sophia, 13 ans, Vénétie, partage avec les membres de la famille
Source : Recherche CorAge, cliché d’Alessandra Borin
Photo 8. Produits que Carlotta, 11 ans, Vénétie, partage avec les autres membres de la famille
Source : Recherche CorAge, cliché d’Alessandra Borin
Photo 9. Produits que Lola, 9 ans, Alsace, partage avec les membres de la famille
Source : Recherche CorAge, cliché de Siar Mukyen
Photo 10. Produits que Sophie, 13 ans, Vénétie, garde dans sa chambre à coucher
Source : Recherche CorAge, cliché d’Alessandra Borin
Photo 11. Parfum personnel de Lola, 9 ans, Alsace, dans sa chambre à coucher
Source : Recherche CorAge, cliché de Siar Mukyen

Dans ce lieu qui leur est propre, des rhétoriques enfantines (Brougère 2012) sont ouvertement affichées, comme celle du « cute » chez Eileen (dix ans) ou la panoplie des couleurs classés par marque chez Sophia [26]

Photo 12. Le déploiement de la rhétorique du "cute" dans la chambre d’Eileen, 10 ans, Vénétie
Source : Recherche CorAge, cliché d’Alessandra Borin
Photo 13. Classement des couleurs du vernis à ongle dans la chambre de Carlotta, 11 ans, Vénétie
Source : Recherche CorAge, cliché d’Alessandra Borin

Les indices de catégorisation des produits peuvent alors renvoyer à des oppositions nettes entre adultes et enfants ou encore donner lieu à des « gradients de typicalité » (Garnier 2012 : 6) qui ne sont pas toujours faciles à manier. Lors des passages d’âges, les incertitudes se multiplient ; la maîtrise des nuances qui séparent le « trop » (trop « bébé », trop « ado ») du « pas assez » se fait par tâtonnements, par des compétences acquises au fil des actions quotidiennes.

L’autre approche consiste à concilier, dans l’analyse, les qualités formelles et sémiologiques de l’objet et son affordance, les actions qu’il permet, la sensorialité qu’il suscite [27]. Pour l’anthropologue, cela suppose non seulement de décrire les produits, mais de s’essayer à leur emploi en les maniant, les humant, les goûtant si la situation le demande. Un extrait d’une participation observante avec Sophie (treize ans) peut éclairer ces propos :

Nous entrons dans les grands magasins pour essayer des vernis à ongles. « Ça, c’est ma passion ! », dit-elle. On essaye les Sinful Color, Sophie aime surtout les vernis aux nuances métalliques, nous commençons à essayer sur nos ongles différentes couleurs. Face au bac où s’entassent pêle-mêle les petits flacons de vernis, j’ai comme un flash : j’ai l’impression de travailler à la fun-food [28]. Mettre les mains dans le bac à vernis, c’est comme se faire chatouiller les doigts par les Smarties. On joue avec les couleurs, avec les flacons, avec les miniatures du maquillage, l’exhibition de vernis à ongles semble une exhibition de bonbons. Et en effet, face aux flacons bien alignés de Bourgeois, Sophie dit : « pas ceux-là, ceux-là sont pour les femmes, pas pour les enfants », même si, de mon point de vue, les couleurs sont similaires et très flashy (…) Ce qui change, c’est la mise en scène, pas « fun » du tout. J’ai l’impression que nous sommes dans une logique ludique et pas de séduction, c’est comme jouer avec des couleurs à eau, avec les bonbons, les formes colorées, et c’est ce point qui me semble échapper aux adultes, qui voient les filles qui se maquillent, qui voient les couleurs, mais pas les gestes qui vont avec (journal de terrain, 4 juillet 2011).

Ces notes ne témoignent pas uniquement du décalage qu’il peut y avoir entre le point de vue des chercheurs et celui des enfants, elles montrent la complémentarité ou la dissonance de différents engagements du corps, ici la vision et le toucher. Dans ce cas spécifique, l’objet-signe et l’objet-matière ne sont pas dissociés. Les couleurs qui renvoient à une rhétorique du fun propre à la culture enfantine de masse (Brougère 2012) s’associent au plaisir de la manipulation, aux sensations tactiles et à des répertoires d’action ludique.

Une voie d’accès à la complexité et à la singularité

Dans cette contribution, nous avons souhaité donner quelques pistes de réflexion sur la manière dont la culture matérielle peut être mobilisée dans la recherche auprès et avec les enfants. Les choses permettent d’accéder à des expériences sensibles aussi bien par leur apparente neutralité et extériorité, que par la manière dont elles sont constamment enlacées aux corps et aux pratiques. Ces objets-passeurs nous mettent au cœur de technologies du sujet qui, par leur caractère intime ou parce qu’elles sont répétées, apparemment évidentes, ne sont pas aisées d’accès. Suivre les objets à la trace permet de reconstruire des interactions, des transmissions intra et intergénérationnelles et des socialisations différenciées aux pratiques corporelles. Nous avons enfin rappelé l’importance de l’analyse formelle des produits dits “enfantins”, tout comme des tactiques dont les enfants font preuve dans leurs usages. Par l’imbrication de dimensions symboliques et matérielles, la culture matérielle constitue un analyseur de la fabrication des sujets autant que de leur inscription dans des groupes sociaux définis par l’âge, le genre, la génération, la classe sociale, la parenté, ou encore rapprochés par une commune expérience existentielle et sociale comme la maladie.

Comme l’écrivait déjà Christian Bromberger en 1979, à travers les objets, il est possible d’accéder à « la complexité et (à) la singularité de formations sociales que l’on ne saurait symboliser rapidement par quelques techniques "types" » (Bromberger 1979 : 135). L’entrée par la culture matérielle permet alors d’avoir accès à un matériel foisonnant qui pose de fait le problème de savoir « où s’arrêter » dans le travail d’inventaire, de description et d’échantillonnage (Becker 2002 : 124 sq.). Que ce soit par la pluralité des objets et de leurs interrelations, par l’effort de contextualisation extrême de leurs usages ou par la densité de gestes et d’actions qu’ils permettent d’observer, cette approche amplifie les avantages et les difficultés qui sont propres à l’approche anthropologique. Et si l’ethnographie consent ce travail en finesse, qui permet de découper des unités susceptibles d’être concrètement observées, de reconstruire des agencements et des « micro-configurations » qui font sens pour les acteurs, plus on entre dans le détail de la mise en objet et dans la spécificité des contextes, plus ces derniers deviennent « incomparables » par la richesse et la densité du matériel d’analyse.

add_to_photos Notes

[1Dans cet article la « culture matérielle » doit être entendue comme « tous les objets matériels quels qu’ils soient, manufacturés ou non, vivants ou non, dont la statique et la dynamique sont plus ou moins incorporées dans les conduites motrices. À cela s’ajoute l’environnement qui sert de cadre à ces actions » (Warnier 1999 : 26). Tout au long du texte, afin d’éviter les répétitions et quitte à céder la précision à la fluidité du style, nous utiliserons « culture matérielle », « objets » et « choses » comme synonymes, même si, selon les approches, ces termes ne sont pas toujours équivalents (Ingold 2016).

[2La fondation du Journal of Material Culture en 1996 témoigne aussi de ce renouveau d’intérêt. Les auteurs et les courants sont multiples et nous ne pouvons pas ici tous les citer. Pour un historique plus détaillé de la place et des enjeux de la culture matérielle dans les sciences sociales, voir Julien et Rosselin (2005) et, sur le rapport des choses et des corps, Diasio (2009).

[3Le mot englobant de « société » mériterait d’être ici détaillé car les différents acteurs n’y interviennent pas de la même manière. Dans les limites qui nous sont imposées dans cette contribution, nous ne pouvons pas développer cette question que nous avons traitée ailleurs (Diasio 2004).

[4Cette recherche a été financée par l’ANR et a été menée entre 2010 et 2013. Portée par l’UMR Cultures et sociétés en Europe de l’Université de Strasbourg, elle a été conduite en collaboration avec le Laboratoire Lorrain des Sciences Sociales de l’Université de Lorraine (sous la responsabilité de Virginie Vinel) et l’Université Ca’ Foscari à Venise (sous la responsabilité de Donatella Cozzi). La recherche prévoyait plusieurs volets : l’ethnographie d’un corps qui change : pratiques et discours des enfants et de leur entourage ; les définitions et qualifications de la « puberté » dans les discours des professionnels de santé ; la « préadolescence » dans les discours et usages socio-éducatifs ; les représentations et mises en image du corps dans la publicité et dans la presse ; les restitutions auprès des enfants, des parents, des éducateurs, des professionnels de santé. Tous mes remerciements vont aux chercheurs qui ont coordonné ces différentes tâches : Donatella Cozzi, Simona De Iulio, Benoît Dejaiffe, Marie-Pierre Julien, Simona Tersigni, Virginie Vinel et Ingrid Voléry.

[5Les ethnographies ayant été menées par plusieurs chercheur.e.s, je les indiquerai au fil du texte. Nous avons conduit des observations prolongées et répétées dans les lieux de vie des enfants, en effectuant avec eux des activités comme des sorties, des jeux, des séances de maquillage ou du shopping. Parfois nous avons assisté à des fêtes scolaires, à des rencontres entre pairs, à des événements familiaux. Autant que possible, les enfants ont été interviewés à plusieurs reprises et des entretiens ont également été réalisés avec leurs parents ou d’autres autruis significatifs (fratrie, grands-parents, cousins et cousines…). Pour une description plus détaillée des résultats et des méthodes employées, voir Diasio et Vinel (2017).

[6Ces réflexions n’auraient pas été possibles sans une pensée « circulatoire » et des pratiques de recherches partagées avec Marie-Pierre Julien et Virginie Vinel : qu’elles soient ici remerciées d’une si longue et fructueuse collaboration. Il n’en reste pas moins que je suis responsable des éventuelles imprécisions ou erreurs de cette contribution.

[7Nous avions collectivement élaboré une charte éthique en cinq points (consentement, anonymat, information, respect et participation des enfants, restitutions), formalisant aussi les différentes possibilités de « retrait » de la recherche pour les différents acteurs (enfants, parents, chercheurs).

[8Nous avons été inspirés en cela par l’anthropologie médicale qui est confrontée depuis longtemps aux risques d’ambiguïtés dans la relation de face-à-face lors d’un échange sur les questions de corps et maladie.

[9De tels propos ont été relevés également par Bluebond-Langner (1996) et Sutcliff, Alderson et Curtis (2004).

[10Cette maladie auto-immune nécessite de nombreux dispositifs techniques pour la mesure de la glycémie, le calcul des unités d’insuline à s’injecter et l’auto-administration du traitement par la pompe à insuline ou des injections.

[11À partir des apports de Foucault et de de Certeau, Gallagher souhaite dépasser l’opposition entre un chercheur adulte doté de pouvoir, comme s’il s’agissait d’une propriété, et des enfants qui seraient impuissants : Framing participatory techniques in terms of tactics and strategies thereby helps to make sense of my claim that, rather than needing to be ‘given’ power by participatory techniques, children may exercise power by resisting, redirecting or subverting those very techniques (2008 :146).
L’auteur nous met en garde toutefois contre une vision romantique de l’enfant qui résiste en montrant également les jeux de pouvoir qui, entre les enfants eux-mêmes, peuvent se déployer tout au long de la recherche.

[12Nous avons développé ailleurs les interactions et les pratiques autour de la salle de bain (Diasio et Vinel 2015).

[13La mère d’Irene est ouvrière dans une usine de lunettes et le père facteur, les deux sont surdiplômés par rapport à leur emploi (master et doctorat).

[14Ce sont surtout les filles rencontrées en Vénétie par Alessandra Borin et moi-même qui y ont fait référence.

[15En distinguant entre corps vivant (Leib) et corps physique (Körper), Plessner différencie le corps vécu, empathique, ressenti et agi dans sa plénitude vitale (être un corps) et l’objet physique et anatomique, tel celui que le chirurgien voit sur la table d’opération (avoir un corps).

[16Le regard porté sur les pairs et le regard des autres sur soi font partie de cette évaluation du grandir. Cette question ouvre le vaste champ de la comparaison entre traitement des objets et traitements des corps, qu’il est impossible de développer ici.

[17Ewen a dix ans, il vit dans un village de Moselle (France) avec sa mère, auxiliaire puéricultrice, le conjoint de sa mère, ouvrier dans le bâtiment, et son demi-frère de quatorze ans. L’ethnographie a été conduite par Estelle Reinert.

[18Florian a onze ans, il vit dans une ville de Lorraine (France) avec sa mère qui est femme au foyer, son beau-père magasinier, son frère Jeff de neuf ans et son demi-frère Pikachu de cinq ans.

[19Sophie a été rencontrée à plusieurs reprises entre onze et quatorze ans. Elle vit avec sa mère qui est gardienne d’enfants et sa sœur aînée qui fait des études supérieures ; son père, informaticien, vit en Tunisie.

[20Ces observations nous ont rappelé cette alimentation de rue observée lors d’une recherche sur les pratiques alimentaires des adolescents (ANR AlimAdos), caractérisée par le mouvement, par l’appropriation de l’espace urbain, par le choix de produits prêts à emporter.

[21Par exemple la rhétorique du « fun » explorée par Brougère (2012) et à ses déclinaisons dans le cute et le cool (Cross 2004).

[22Sur notre terrain, cette inquiétude pour la discrétion et la bienséance n’affecte pas uniquement les filles de classe moyenne ou aisées décrites par Mardon (2010) ou Baboulène-Miellou et Teboul (2015).

[23Observation menée par Louis Mathiot dans un petit bourg des Vosges.

[24Observations et entretiens menés par Estelle Reinert. Lisa a dix ans, elle vit dans une ville moyenne de Moselle avec sa mère secrétaire juridique et sa demi-sœur de dix-neuf ans. Son père, ancien agent EDF, et ses autres demi-frères et demi-sœurs ne partagent pas l’appartement.

[25Nous préférons le mot « réseau » à celui de « système », utilisé depuis Baudrillard (1968), car le rapport entre les objets n’a pas le caractère structuré, ordonné et cohérent que ce mot laisse entendre.

[26Ces ethnographies ont été menées par Alessandra Borin. Sophia, Carlotta et Eileen vivent dans une même petite ville de Vénétie.

[27Gilles Brougère (2005) utilise le terme d’« affordance » pour désigner la manière dont un objet ou une activité permettent l’acquisition de connaissances, de techniques ou de pratiques à celui ou celle qui en fait l’expérience. L’affordance est ainsi une mise en relation entre un objet, ses virtualités et les capacités d’apprentissage d’un sujet.

[28Par fun-food je désigne ici cette alimentation qui par le packaging, les couleurs, les gadgets offerts, les stratégies publicitaires ou encore les activités qu’elle suscite, renvoie à l’univers du ludique et de l’amusement. C’était également l’intitulé d’une recherche financée par l’Agence Nationale de la Recherche, « Children and Fun Food », conduite de 2007 à 2009 sous la responsabilité générale d’Inès de La Ville.

library_books Bibliographie

APPADURAI Arjun (ed.), 1986. The social life of things. Cambridge, Cambridge University Press.

ARIÈS Philippe, 1960. L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime. Paris, Plon.

BABOULÈNE-MIELLOU Natacha et TEBOUL Jeanne, 2015. « Rêver ses filles. «   Bien grandir   » dans les milieux favorisés », Ethnologie française, 45 (4), p. 693-704.

BAUDRILLARD Jean, 1968. Le système des objets. Paris, Gallimard.

BECKER Howard, 2002. Les ficelles du métier. Paris, La Découverte.

BERRY Vincent, 2017. « Que trouve-t-on dans une chambre d’enfant ? Un inventaire de la culture matérielle enfantine », in BROUGÈRE Gilles et DAUPHRAGNE Antoine (dir.), Les biens de l’enfant. Du monde marchand à l’espace familial. Paris, Nouveau Monde, p. 181-232.

BICHET Lydie, 2020. « La place des dispositifs médicaux dans le réagencement des relations familiales et la constitution d’une communauté de pratique », Revue internationale de l’éducation familiale, 48 (2), p. 47-64.

BICHET Lydie, 2021. Configuration des relations de soins et arènes d’action : Enfants, parents et professionnels face au diabète de type 1, Thèse de doctorat, Universitéde Strasbourg.

BLUEBOND-LANGNER Myra, 1996. In the shadow of illness. Parents and Siblings of the chronically ill child. Princeton, Princeton University Press.

BROMBERGER Christian, 1979. « Technologie et analyse sémantique des objets : pour une sémio-technologie », L’Homme, XIX (1), p. 105-140.

BROUGÈRE Gilles (dir), 1992. Le jouet. Valeurs et paradoxes d’un petit objet secret, 133. Paris, Éditions Autrement.

BROUGÈRE Gilles, 2005. Jouer/Apprendre. Paris, Economica.

BROUGÈRE Gilles, 2012. « La culture matérielle enfantine entre le cute et le cool  », Strenae, 4 (en ligne), http://journals.openedition.org/strenae/761.

BROUGÈRE Gilles et DAUPHRAGNE Antoine (dir.), 2017. Les biens de l’enfant. Du monde marchand à l’espace familial. Paris, Nouveau Monde.

DE CERTEAU Michel, 1980. L’invention du quotidien. Arts de faire. Paris, Gallimard.

CHEVALIER Sophie, 1996. « Transmettre sonmobilier ? Le cas contrasté de la France et de l’Angleterre », Ethnologie française, 36 (1), p. 115-128.

CHIN Elizabeth, 2001. Purchasing Power. Minneapolis, University of Minnesota Press.

CHITAKUNYE David et MACLARAN Pauline, 2008. « Everyday Food Practices and Changing Consumption Rituals among Young People », Proceedings of the Third International Conference on Child and Teen Consumption, Trondheim.

COLLIER John, 1967. Visual Anthropology : Photography as a Research Method. New York, Holt, Rinehart and Winston.

CONORD Sylviane (dir.), 2007. « Arrêt sur image. Photographie et anthropologie ». Ethnologie française, 37 (1).

COOK Daniel T., 2004. The commodification of childhood. The children’s clothing industry and the rise of child consumer. Durham, Londres, Duke University Press.

COOK Daniel T., 2005. « The Dichotomous Child in and of Commercial Culture », Childhood, 12, p. 155-159.

CROSS Gary S., 2004. The Cute and the Cool. Wondrous Innocence and Modern American Children Culture. Oxford, Oxford University Press.

CSIKSZENTMIHALYI Mihaly et ROCHBERG-HALTON Eugene, 1981. The Meaning of Things. Domestic Symbols and the Self. Cambridge, Cambridge University Press.

DE IULIO Simona, 2010. « The construction of fun in food advertisements targeting children »,Young Consumers, 11 (2), p. 96-107.

DELEUZE Gilles et PARNET Claire, 1996. Dialogues. Paris, Flammarion.

DESJEUX Dominique, 2006. La consommation. Paris, Presses universitaires de France.

DESJEUX Dominique, 2019. « From Rural Madagascar to the Urban Middle Class Kitchen. The Detour, the Transposition, and the Translation : the three Skills of Professional Anthropology,in DIASIO Nicoletta et JULIEN Marie-Pierre (eds.), Anthropology of Family Food Practices. Constraints, Adjustments, Innovations. Bruxelles, Peter Lang, p. 267-286.

DIASIO Nicoletta (dir.), 2004. Au Palais de Dame Tartine. Regards européens sur la consommation enfantine. Paris, L’Harmattan.

DIASIO Nicoletta, 2009. « La liaison tumultueuse des choses et des corps.Pour un positionnement théorique », in JULIEN Marie-Pierre et ROSSELIN Céline (dir.), Le sujet contre les objets... tout contre. Ethnographies de cultures matérielles. Paris, Editions du CTHS, p. 21-83.

DIASIO Nicoletta, 2010. Le gouvernement de l’incertitude. Corps, culture matérielle et maillage des temps à l’enfance. Habilitation à diriger des recherches, Université Paris Descartes.

DIASIO Nicoletta et VINEL Virginie, 2015. « La salle de bain : reconfiguration des rapports aux autres et à soi à l’aube de l’adolescence », Revue internationale d’éducation familiale, 37 (1), p. 39-61.

DIASIO Nicoletta et VINEL Virginie (dir.), 2017. Corps et préadolescence. Intime, privé, public. Rennes, Presses universitaires de Rennes.

DOUGLAS Mary et ISHERWOOD Byron, 1979. Pour une anthropologie de la consommation. Le monde des biens. Paris, Regard.

FILIOD Jean-Paul, 2003. Le désordre domestique. Essai d’anthropologie. Paris, L’Harmattan.

FOUCAULT Michel, 1982. Dits et écrits, IV. Paris, Gallimard.

FOUCAULT Michel, 1988. « Technologies of the Self », in MARTIN Luther H., GUTMAN Huck et HUTTON Patrick H., Technologies of the Self. A Seminar with Michel Foucault. Amherts, MA,The University of Massachusetts Press, p. 16-49.

GALLAGHER Michael, 2008. « “Power is not an evil” : rethinking power in participatory methods »,Children’s Geographies, 6 (2), p. 137-150.

GARNIER Pascale, 2012. « La culture matérielle enfantine : catégorisation et performativité des objets », Strenæ, 4 (en ligne) http://journals.openedition.org/strenae/761.

GASKELL Carolyn, 2008. « “Isolation and Distress” ? (Re)thinking the place of emotions in youth research », Children’s Geographies, 6 (2), p.169-181.

GLEVAREC Hervé, 2010. La culture de la chambre. Préadolescence et culture contemporaine dans l’espace familial. Paris, Ministère de la Culture et de la Communication.

INGOLD Tim, 2016. « La vie dans un monde sans objets », Perspective, 1 (en ligne)http://journals.openedition.org/perspective/6255.

JULIEN Marie-Pierre, 2014. « Choisir ses vêtements et questionner l’incorporation deshabitus », Revue des sciences sociales, 51 (en ligne),http://journals.openedition.org/revss/3480.

JULIEN Marie-Pierre, 2017. « Personnalisées et ouvertes : les chambres à la sortie de l’enfance »,in DIASIO Nicoletta et VINEL Virginie (dir.), Corps et préadolescence. Intime, privé, public. Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 79-97.

JULIEN Marie-Pierre et WARNIER Jean-Pierre (dir.), 1999. Approches de la culture matérielle. Corps à corps avec l‘objet. Paris, L’Harmattan.

JULIEN Marie-Pierre et ROSSELIN Céline, 2005. La culture matérielle. Paris, La Découverte.

JULIEN Marie-Pierre et ROSSELIN Céline, (dir.), 2009. Le sujet contre les objets...{}tout contre.Ethnographiesde cultures matérielles. Paris, CTHS.

KAUFMANN Jean-Claude, 1997. Le cœur à l’ouvrage. Théorie de l’action ménagère. Paris, Nathan.

KOPYTOFF Igor, 1986. « The cultural biography of things : commoditization as process », in APPADURAI Arjun (ed.), The social life of things. Cambridge, Cambridge University Press, p. 64-91.

LANGER Beryl, 2005. « Research Note : Consuming Anomie : Children and Global Commercial Culture », Childhood, 12 (2), 259-271.

LATOUR Bruno, 1991. Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique. Paris, La Découverte.

LEE Nicholas, 2001. Childhood and Society. Buckingham, Open University Press.

LEROI-GOURHAN André, 1964. Le geste et la parole. Paris, Albin Michel.

MANSON Michel, 1983. « La poupée, objet de recherches pluridisciplinaires : bilan, méthodes et perspectives », Histoire de l’éducation, 18, p. 1-27.

MANSON Michel et RENONCIAT Anne (dir.), 2012. Strenae, 4 (en ligne), https://journals.openedition.org/strenae/600.

MARCUS George E., 1995. « Ethnography in/of the World System : The Emergence of Multi-Sited Ethnography », Annual Review of Anthropology, 24, p. 95-117.

MARDON Aurélia, 2010. « Sociabilités et travail de l’apparence au collège », Ethnologie française, 40 (1), p. 39-48.

MARTENS Lydia, SOUTHERTON Dale et SCOTT Sue, 2004. « Bringing Children (and parents) into the Sociology of Consumption. Towards a theoretical and empirical agenda », Journal of Consumer Culture, 4 (2), p. 155-182.

MATTHEWS Hugh, TAYLOR Mark, PERCY-SMITH Barry et LIMB Melany, 2000. « The unacceptable flâneur. The shopping mall as a teen age hangout », Childhood, 7 (3), p. 279-294.

MAUSS Marcel, 1993 (1934). Sociologie etanthropologie. Paris, Presses universitaires de France, p. 363-386.

MILLER Daniel (ed.), 1987. Material Culture and Mass Consumption. Oxford, Blackwell.

MOHAN Urmila et DOUNY Laurence (eds.), 2020. The Material Subject. Rethinking Bodies and Objects in Motion. Londres-New York, Routledge.

NOUHET-ROSEMAN Joëlle, 2006. « Dans son t-shirt Hello Kitty, Lolita lit des mangas », Adolescence, 57 (3), p. 753-749.

PITT-RIVERS August Lane-Fox, 1875. « On the evolution of culture », in MYRES John Linton (ed.), The evolution of culture and other essays. Oxford, Clarendon Press, p. 20-44.

PONGE Francis, 2000 (1942). « Les plaisirs de la porte », Le parti pris des choses. Paris, NRF-Gallimard.

PLACE Bernard, 2000. « Constructing the Bodies of Ill Children in the Intensive Care Unit », in PROUT Alan (ed.), The Body, Childhood and Society. Basingstoke, MacMillan Press, p. 172-194.

PLESSNER Helmuth, 2000 (1980). Antropologia dei sensi. Milano, Cortina.

PROUT Alan (ed.), 2000. The Body, Childhood and Society. Londres-New York, MacMillan St. Martin’s Press.

RABAIN Jacqueline, 1979. L’enfant du lignage. Du sevrage à la classe d’âge chez les Wolof du Sénégal. Paris, Payot.

ROUCOUS Nathalie et DAUPHRAGNE Antoine, 2017. « L’enfant propriétaire : possession, transmission et circulation des biens de l’enfant dans l’espace familial », in BROUGÈRE Gilles et DAUPHRAGNE Antoine (dir.), Les biens de l’enfant. Du monde marchand à l’espace familial. Paris, Nouveau Monde, p. 233-279.

SEGALEN Martine et BROMBERGER Christian (dir.), 1996. « Culture matérielle et modernité », Ethnologie française, 26 (1).

SIMMEL Georg, 1981. Sociologie et épistémologie. Paris, Presses universitaires de France.

SOFAER DEREVENSKI Joanna (ed.), 2000. Children and Material Culture. Londres-New York, Routledge.

SUTCLIFF Katy, ALDERSON Priscilla et CURTIS Katherine, 2004. Children as partners in their diabetes care. An exploratory research study. Londres, Institute of Education, University of London.

TERSIGNI Simona, 2015. « À chacun sa toise. Enjeux de taille et conformité d’âge à l’aube de l’adolescence », Ethnologie française, 45 (4), p. 633-642.

TURMEL André, 2008. A Historical Sociology of Childhood. Developmental Thinking. Categorization and Graphic Visualization. Cambridge, Cambridge University Press.

VINEL Virginie, 2015. « Un corps qui gêne. Les médecins face à la puberté », Ethnologie française, 45 (4), p. 655-664.

VINEL Virginie, 2016. « Se coiffer et se maquiller à la préadolescence. Enquête en Alsace-Lorraine », in JACQUEMIN Mélanie, BONNET Doris, DEPREZ Christine, PILON Marc et PISON Gilles (dir.), Être fille ou garçon. Regards croisés sur l’enfance et le genre. Paris, Editions INED, p. 245-257.

VINEL Virginie, DIASIO Nicoletta et BICHET Lydie, 2021. « Enfants et adolescents face à la maladie chronique : le cas du diabète de type 1. Savoirs techniques, intelligence sensible et soutien familial », Revue des Politiques sociales et familiales, 138 (1), p. 89-97.

WALKER Rob, 1993. « Finding the Silent Voice for the Researcher : Using Photographs in Evaluation and Research », in SCHRATZ Michael (ed.), Qualitative Voices in Educational Research. Londres, Falmer Press, p. 72-92.

WARNIER Jean-Pierre, 1999. Construire la culture matérielle. L’homme qui pensait avec ses doigts. Paris, Presses universitaires de France.

ZELIZER Viviane, 2002. « Kids and commerce », Childhood, 9 (4), p. 375-396.

Pour citer cet article :

Nicoletta Diasio, 2022. « Prendre l’objet à bras le corps. Usages de la culture matérielle dans la recherche avec et auprès des enfants ». ethnographiques.org, Numéro 43 - Juin 2022
Enquêter avec les enfants et les adolescent·e·s [en ligne].
(https://www.ethnographiques.org/2022/Diasio - consulté le 05.02.2023)
Revue en lutte